Le covoiturage : comment ça marche ?

Voici la marche à suivre pour trouver des équipiers de covoiturage :

1. Rechercher un trajet

Il vous est possible de rechercher un trajet sans vous inscrire sur le service. Toutefois, nous vous conseillons de vous inscrire pour prendre contact, être contacté et former un équipage de covoiturage.

2. Inscription

Pour s'inscrire sur le site, cliquez sur le lien S'inscrire en haut à droite de votre écran.
Renseignez votre identité et vos coordonnées.

3. Ajouter un trajet

Proposez le trajet que vous souhaitez partager.

  • - Saisissez votre ville de départ et d'arrivée.
  • - Si plusieurs villes semblent correspondre, une liste de possibilités vous est proposée.
  • - Validez la ville souhaitée.
  • - Pour certaines villes, des lieux vous sont proposés ; sélectionnez votre lieu.
  • - Une fois le trajet proposé, n’hésitez pas à contacter d’autres membres.

4. Contacter un membre du service

Une fois inscrit, vous pouvez contacter n’importe quel membre inscrit sur le service de la base de données pour partager votre trajet.

5. Covoiturage : les précautions à prendre en matière d’assurance (extrait du site de la Fédération française des sociétés d'assurance)


Quelle que soit la formule de covoiturage adoptée, il est préférable que l’automobiliste le déclare à son assureur. Ce dernier peut ainsi apprécier les risques garantis et attirer l’attention de l’assuré sur certains points, notamment lorsque le covoiturage est pratiqué à titre onéreux. Ainsi, il faut s’assurer que l’usage déclaré dans le contrat prend bien en compte le trajet du domicile au lieu de travail, par exemple.

De même, avant de céder le volant à l’un de ses passagers, le conducteur doit vérifier que son contrat ne comporte pas une clause de conduite exclusive. En effet, celle-ci peut prévoir que certaines garanties du contrat ne sont accordées que si le véhicule est conduit exclusivement par le conducteur nommément désigné.

Même lorsque son contrat inclut le prêt de volant, l’automobiliste doit savoir que :

  • si le conducteur occasionnel provoque un accident, c’est le souscripteur de l’assurance qui sera pénalisé d’un malus ;

  • si le conducteur occasionnel est novice (c’est-à-dire titulaire du permis depuis moins de trois ans ou titulaire d’un permis de trois ans et plus mais ne pouvant justifier d’une assurance effective au cours des trois dernières années précédant la souscription du contrat), le contrat d’assurance peut notamment prévoir l’application d’une franchise plus élevée, qui resterait à la charge du souscripteur, en cas d'accident.